L’évolution en ligne de Chloé Delaume

Le site ChloeDelaume.net, géré par l’autrice, existe depuis plus d’une décennie. Grâce au Wayback Machine de l’Internet Archive, on peut tracer la manière dont Delaume se présente au fil des années. Lisez d’un trait ici. Ou bien, cliquez sur chaque date pour voir à ce à quoi ressemblait ChloeDelaume.net à l’époque, avec ses différents mises en page et photos.

4 mai 2007

Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J’ai pour principal habitacle un corps féminin daté du 10 mars 1973. Conception franco-libanaise, le néant pour signe particulier. Les locaux étaient insalubres lorsque j’en ai pris possession.

Je m’écris depuis sept ans dans des livres publiés, proposés à la vente, parfois achetés, plus rarement lus. J’y investis temporairement des lieux, des corps, des territoires. Parfois des espaces sociétaux.

Ma pratique est artisanale. 1977, Serge Doubrovsky, sur Fils : « Fiction, d’événements et de faits strictement réels. Si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure d’un langage en liberté ».

Je fabrique de la littérature expérimentale. La langue est un outil autant qu’un matériau. J’effectue des recherches, reste attachée à la notion de laboratoire. Chaque projet n’est qu’une tentative, parfois une simple proposition. C’est la composition du geste qui m’intéresse. Ainsi que l’agencement de la plomberie, l’extraction des ressentis stockés par la mémoire, le jeu de la situation.

Je me construis à travers des chantiers dont les supports et surfaces varient, textes, livres, performances, pièces sonores; seule ou aux côtés de personnes compétentes.

Malgré les apparences, puisque je communique, je ne collabore pas à l’avènement du divertissement culturel. Je pense que le mot livre n’est pas littérature, que la métonymie est une figure suspecte à force de gloutonnerie. Que le mot chien peut mordre puisqu’on le stérilise.

Alors à défaut de faire bugger la fiction collective, je m’astreins aux entrechats de côté. En même temps je ne suis pas la seule. Et ça, c’est plutôt rassurant.

 

19 août 2008

Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J’ai pour principal habitacle un corps féminin daté du 10 mars 1973. Conception franco-libanaise, le néant pour signe particulier. Les locaux étaient insalubres lorsque j’en ai pris possession.

Je m’écris depuis huit ans dans des livres publiés, proposés à la vente, parfois achetés, plus rarement lus. J’y investis temporairement des lieux, des corps, des territoires. Parfois des espaces sociétaux.

Ma pratique est artisanale. 1977, Serge Doubrovsky, sur Fils : « Fiction, d’événements et de faits strictement réels. Si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure d’un langage en liberté ».

Je fabrique de la littérature expérimentale. La langue est un outil autant qu’un matériau. J’effectue des recherches, reste attachée à la notion de laboratoire. Chaque projet n’est qu’une tentative, parfois une simple proposition. C’est la composition du geste qui m’intéresse. Ainsi que l’agencement de la plomberie, l’extraction des ressentis stockés par la mémoire, le jeu de la situation.

Je me construis à travers des chantiers dont les supports et surfaces varient, textes, livres, performances, pièces sonores; seule ou aux côtés de personnes compétentes.

Malgré les apparences, puisque je communique, je ne collabore pas à l’avènement du divertissement culturel. Je pense que le mot livre n’est pas littérature, que la métonymie est une figure suspecte à force de gloutonnerie. Que le mot chien peut mordre puisqu’on le stérilise.

Alors à défaut de faire bugger la fiction collective, je m’astreins aux entrechats de côté. En même temps je ne suis pas la seule. Et ça, c’est plutôt rassurant.

Démarche complète disponible dans S’écrire, mode d’emploi. Cerisy, colloque sur l’autofiction, 25 juillet 2008.

 

11 avril 2010

Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J’ai pour principal habitacle un corps féminin daté du 10 mars 1973. Conception franco-libanaise, le néant pour signe particulier. Les locaux étaient insalubres lorsque j’en ai pris possession.

Je m’écris depuis dix ans dans des livres publiés, proposés à la vente, parfois achetés, plus rarement lus. J’y investis temporairement des lieux, des corps, des territoires. Parfois des espaces sociétaux.

Ma pratique est artisanale. 1977, Serge Doubrovsky, sur Fils : « Fiction, d’événements et de faits strictement réels. Si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure d’un langage en liberté ».

Je fabrique de la littérature expérimentale. La langue est un outil autant qu’un matériau. J’effectue des recherches, reste attachée à la notion de laboratoire. Chaque projet n’est qu’une tentative, parfois une simple proposition. C’est la composition du geste qui m’intéresse. Ainsi que l’agencement de la plomberie, l’extraction des ressentis stockés par la mémoire, le jeu de la situation.

Je me construis à travers des chantiers dont les supports et surfaces varient, textes, livres, performances, pièces sonores; seule ou aux côtés de personnes compétentes.

Malgré les apparences, puisque je communique, je ne collabore pas à l’avènement du divertissement culturel. Je pense que le mot livre n’est pas littérature, que la métonymie est une figure suspecte à force de gloutonnerie. Que le mot chien peut mordre puisqu’on le stérilise

Alors à défaut de faire bugger la fiction collective, je m’astreins aux entrechats de côté. En même temps je ne suis pas la seule. Et ça, c’est plutôt rassurant.

Démarche complète disponible dans S’écrire, mode d’emploi. Cerisy, colloque sur l’autofiction, 25 juillet 2008.

Mise à jour et développement dans La règle du je, collection Travaux Pratiques, mars 2010.

 

le 6 juin 2011

Je m’appelle Chloé Delaume. Je suis un personnage de fiction. J’ai pour principal habitacle un corps féminin daté du 10 mars 1973. Conception franco-libanaise, le néant pour signe particulier. Les locaux étaient insalubres lorsque j’en ai pris possession.

Je m’écris depuis dix ans dans des livres publiés, proposés à la vente, parfois achetés, plus rarement lus. J’y investis temporairement des lieux, des corps, des territoires. Parfois des espaces sociétaux.

Ma pratique est artisanale. 1977, Serge Doubrovsky, sur Fils : « Fiction, d’événements et de faits strictement réels. Si l’on veut, autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure d’un langage en liberté ».

Je fabrique de la littérature expérimentale. La langue est un outil autant qu’un matériau. J’effectue des recherches, reste attachée à la notion de laboratoire. Chaque projet n’est qu’une tentative, parfois une simple proposition. C’est la composition du geste qui m’intéresse. Ainsi que l’agencement de la plomberie, l’extraction des ressentis stockés par la mémoire, le jeu de la situation.

Je me construis à travers des chantiers dont les supports et surfaces varient, textes, livres, performances, pièces sonores; seule ou aux côtés de personnes compétentes.

Parce que les espaces d’expérimentation disparaissent à mesure que l’hégémonie du roman sympathiquement rentable progresse, j’ai créé Extraction. Une collection aux Editions Joca Seria, doublée d’une revue numérique.

A partir d’avril 2011 je serai, durant un an, pensionnaire à la Villa Médicis.

 

le 7 janvier 2012

Le corps de Chloé Delaume est né le 10 mars 1973 dans le département des Yvelines. Il ne se destinait à rien, aussi s’est-il inscrit en Lettres Modernes à l’orée de ses dix-huit ans. L’Université de Nanterre Paris X comportant la spécificité d’être en face de la gare et de l’ANPE, il n’acheva pas son mémoire de Maîtrise sur La ‘Pataphysique chez Boris Vian et s’engouffra de lui-même dans le premier train menant nulle part.

Le wagon s’avéra bondé et le terminus incertain. Avoir une prise sur le réel restait un geste hors de portée, nom prénom imposé par d’autres, existence soumise statistiques, déterminisme avide de tout pas de côté, subir son existence en figurante passive il était une fois moi c’est-à-dire pas grand-chose. Cette histoire ne lui disait rien, alors je suis intervenue.

Personnage de fiction qui s’écrira lui-même, le pacte était formel et je m’y suis tenu. Une identité autre, dire c’est faire autant qu’être. Fille d’un nénuphar blanc en autel magie noire, avoir foi dans le Verbe est un bon commencement. Ne pas perdre de vue que la littérature doit relever avant tout de l’expérience esthétique. Divertir signifie détourner de ce qui occupe, ne pas commettre des livres agissant Lotophages.

Quitter le général pour le particulier, se désengluer du On pour que se déploie le Je. L’autofiction bien plus que la mise en fiction de faits et d’évènements, passé présent, réels. La subjectivité promue arme efficiente pour déconstruire les jougs des fables qui soumettent, rapport Sujet / Pouvoir, le privé est politique.

Je m’appelle Chloé Delaume, auteur, narratrice, héroïne. Mon corps a trente-huit ans et j’ai écrit vingt livres. Chacun est autonome, mais le tout constitue une sorte de série, épisodes, aventures. Jusqu’à avril prochain je suis en résidence au sein de la Villa Médicis. J’y développe un projet autour de Messaline, femme puissante et bacchante, héritière de Lilith. Il n’est pas impossible que mon dispositif ait été modifié; le roman s’appellera Mercure au Crépuscule. Il sera publié au Seuil en 2013. D’ici-là j’observe je note je fais des tentatives, mise en place de dispositifs, hésitations, essais.

J’ai deux livres en chantier, chacun autour d’un thème distinct dans le cadre d’une collection : A tombeau ouvert tenue par Jean-Michel Espitallier chez Philippe Rey et Traits et Portraits dirigée par Colette Fellous au Mercure de France. Les manuscrits devraient déjà être rendus; depuis 2000 j’ai toujours travaillé en flux tendu mais j’ai été confrontée à un rapport réalité / écriture / fiction inédit ces deux dernières années. Une femme avec personne dedans, a de fait connu cinq versions, des chapitres ajoutés supprimés modifiés jusqu’à la date limite. Achevé début d’automne pour la rentrée de janvier. Au Seuil, Fictions & Cie.

Parce qu’il est difficile de trouver des espaces de publication pour les objets hybrides, qui interrogent la notion de forme et d’expérience esthétique frontalement, j’ai créé la collection Extraction aux Editions Joca Seria. Grâce à Brigitte et Bernard Martin, soutenir certains gestes poétiques et /ou politiques, accompagner certaines démarches littéraires, promouvoir des oeuvres expérimentales, textuelles, sonores ou vidéo, m’est possible. Patrick Bouvet, Anne Kawala, Emilie Notéris, Philippe Adam / Fabrice Ravel Chapuis, Guillaume Lebrun, Camille Ducellier, Judith Mayer; bientôt Arno Calleja, Joachim Montessuis, Rémi Deulceux. Le deuxième roman de Guillaume Lebrun en mars, aussi. Je tente de développer des cellules de recherche avec ma petite team via le site d’Extraction, et de mettre en ligne des créations sonores, nous sommes en quête de collaborateurs.

Je m’appelle Chloé Delaume, mon corps a trente-huit ans, me voilà seule et libre. L’Apocalypse à échelle collective est prévue pour décembre 2012. La Fin des Temps a commencé, elle est vécue par tous de manière individuelle. C’est une grille de lecture qu’il ne faut pas écarter. Le hasard n’existe pas, alors autant s’organiser.

 

le 30 mars 2014

 

Effectivement, c’est bien ici.

Vous êtes sur le site de Chloé Delaume. Peut-être y êtes-vous les bienvenus. Ici est l’interface, bien sûr c’est une vitrine; les décors sont de François Alary et les costumes de Dévastée.

Chloé Delaume est écrivaine et personnage de fiction; son premier roman est paru en 2000. Elle pratique la littérature et ses hybridations, expérimente des formes, investit des espaces, s’essaie à des techniques.

Elle a publié 22 livres, ils sont rangés par-là. Ses aventures sont dans ce coffret, son carnet de notes et de brouillons, vers le milieu de l’étagère; voilà son compte Twitter. Pour le reste, je vous laisse vous débrouiller.

Ici est l’interface. Consultez les rubriques. Tout va bien se passer.

 

le 22 mai 2014

Effectivement, c’est bien ici.

Vous êtes sur le site de Chloé Delaume. Peut-être y êtes-vous les bienvenus. Ici est l’interface, bien sûr c’est une vitrine; les décors sont de François Alary et les costumes de Dévastée.

Chloé Delaume est écrivaine et personnage de fiction; son premier roman est paru en 2000. Elle pratique la littérature et ses hybridations, expérimente des formes, investit des espaces, s’essaie à des techniques. Elle vient de réaliser son premier court-métrage, a un livre numérique qui paraît en novembre, et s’attelle désormais à d’autres mauvais genres que celui nommé autofiction.

Son travail en cours, Le Parti du Cercle, se développe via des performances, des ateliers et des interventions participatives. Il y est question de symboles, de corps et de langue colonisés, de forces femelles, de puissances mythiques, de l’histoire des hommes et de leur mémoire. De sibylles, de grimoires, de Lilith, de Messaline. De sorcières contemporaines, de magie politique. En parallèle s’écrit le livre, Le Parti du Cercle, saison 1. Une série littéraire, où pour sauver la France de la faillite, pratiquer la magie sera la seule solution.

Ses livres sont rangés par-là. Ses aventures sont dans ce coffret, son carnet de notes et de brouillons, vers le milieu de l’étagère. Quelques travaux sonores et chansonnettes ont été stockés sur Soundcloud;  elle a aussi un compte Twitter. Pour le reste, je vous laisse vous débrouiller.

Ici est l’interface. Consultez les rubriques. Tout va bien se passer.

 

l2 novembre 2014

│Effectivement, c’est bien ici│

Vous êtes sur le site de Chloé Delaume. Peut-être l’avez-vous fait exprès.

Chloé Delaume a 41 ans, elle est principalement auteur et personnage de fiction. De fait, elle est performeuse : pratique le Dire, c’est faire.

Ses premiers textes ont été publiés dans des revues littéraires à la fin des années 90; son premier roman en 2000. Elle a obtenu le Prix Décembre en 2001. Depuis, elle a écrit une vingtaine de livres, des fictions radiophoniques, des pièces sonores, des paroles de chanson, du théâtre; beaucoup de formes hybrides. Elle a collaboré avec des plasticiens, des musiciens, des poètes, des artistes contemporains, des romanciers. Habite le temps d’un livre où elle veut, prend pour support, espace, outils, de quoi le fabriquer au mieux.

Elle vient de réaliser La Contribution, son premier court-métrage, et poursuit Le Parti du Cercle, cycle de performances participatives à guetter rubrique Agenda, avant d’en faire un livre, Les Sorcières de la République, qui sortira au Seuil, chez Fictions & Cie, en septembre 2015.

Ici est la vitrine, les décors sont mouvants, les dessins de François Alary; design et costumes Dévastée.

 

le 10 décembre 2014

│Effectivement, c’est bien ici│

Vous êtes sur le site de Chloé Delaume. Peut-être l’avez-vous fait exprès.

Chloé Delaume a 41 ans, elle est principalement auteur et personnage de fiction. De fait, elle est performeuse : pratique le Dire, c’est faire.

Ses premiers textes ont été publiés dans des revues littéraires à la fin des années 90; son premier roman en 2000. Elle a obtenu le Prix Décembre en 2001. Depuis, elle a écrit une vingtaine de livres, des fictions radiophoniques, des pièces sonores, des paroles de chanson, du théâtre; beaucoup de formes hybrides. Elle a collaboré avec des plasticiens, des musiciens, des poètes, des artistes contemporains, des romanciers. Habite le temps d’un livre où elle veut, prend pour support, espace, outils, de quoi le fabriquer au mieux.

Elle vient de réaliser La Contribution, son premier court-métrage, et poursuit Le Parti du Cercle, cycle de performances participatives à guetter rubrique Agenda, avant d’en faire un livre, Les Sorcières de la République, qui sortira au Seuil, chez Fictions & Cie, en septembre 2015.

Ici est la vitrine, les décors sont mouvants, les dessins de François Alary; design et costumes Dévastée.

 

21 février 2015

Chloé Delaume est écrivain et performeuse.

Ses premiers textes ont été publiés dans des revues littéraires et poétiques à la fin des années 90. Son premier roman, Les Mouflettes d’Atropos, a été publié par feues les Editions Farrago en 2000. Après avoir obtenu le Prix Décembre 2001 pour Le Cri du Sablier, elle a poursuivi son exploration de l’autofiction à travers de multiples supports, techniques et outils.

Elle a écrit depuis plus d’une vingtaine de livres :  romans, livres-jeu, détournements, autofictions expérimentales, tentatives d’essais. Réalisé des fictions radiophoniques, des pièces sonores, des œuvres théâtrales, nombres de cycles performatifs et, récemment, un court métrage.

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, poètes, designers, plasticiens. Ecrit des paroles de chansons, intervient en duo ou sur une plage fantôme.

Elle travaille actuellement à l’écriture de son prochain roman, Les Sorcières de la République, qui sortira au Seuil, chez Fictions & Cie, en septembre 2015.

 

20 sept 2015 

Chloé Delaume est auteur et performeuse.

Son premier roman, Les Mouflettes d’Atropos, a été publié en 2000. Autofiction expérimentale, recherche formaliste, ouverture du laboratoire. En 2001, elle obtient le Prix Décembre avec Le Cri du Sablier. Depuis, plus d’une vingtaine de livres. Romans, récits poétiques, théâtre, livre-jeu, tentatives d’essais.

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, poètes, designers, plasticiens. Elle a réalisé des pièces sonores, des fictions radiophoniques, un court métrage. Ecrit quelques chansons, présenté beaucoup de performances.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2011-2012, elle y a amorcé un chantier autour de la figure de la sorcière. Ses incarnations contemporaines, les mythologies femelles primitives, la notion de magie politique. Elle a fondé le Parti du Cercle, une société secrète fictive, qu’elle a par la suite dévéloppée dans le réel, sous forme de performances publiques, lectures, questions rituelles, cérémonies interactives. Des matériaux et du vivants nécessaires pour nourrir Les Sorcières de la République, son roman est en cours d’écriture.

En septembre 2015, sortie d’Alienare, une fiction numérique. Créée avec le réalisateur de films d’animation Franck Dion et la musicienne Sophie Couronne. Se télécharge sous forme d’application, disponible sur Itunes, pour Iphones et Ipad.

 

 

12 jan 2016

Chloé Delaume est auteur et performeuse.

Son premier roman, Les Mouflettes d’Atropos, a été publié en 2000. Autofiction expérimentale, recherche formaliste, ouverture du laboratoire. En 2001, elle obtient le Prix Décembre avec Le Cri du Sablier. Depuis, plus d’une vingtaine de livres. Romans, récits poétiques, théâtre, livre-jeu, tentatives d’essais

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, poètes, designers, plasticiens. Elle a réalisé des pièces sonores, des fictions radiophoniques, un court métrage. Ecrit quelques chansons, présenté beaucoup de performances.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2011-2012, elle y a amorcé un chantier autour de la figure de la sorcière. Ses incarnations contemporaines, les mythologies femelles primitives, la notion de magie politique. Elle a fondé le Parti du Cercle, une société secrète fictive, qu’elle a par la suite dévéloppée dans le réel, sous forme de performances publiques, lectures, questions rituelles, cérémonies interactives. Des matériaux et du vivants nécessaires pour nourrir Les Sorcières de la République, son roman est en cours d’écriture.

En septembre 2015, sortie d’Alienare, une fiction numérique. Créée avec le réalisateur de films d’animation Franck Dion et la musicienne Sophie Couronne. Se télécharge sous forme d’application, disponible sur Itunes, pour Iphones et Ipad.

 

 

27 mars 2016

Chloé Delaume est auteur et performeuse.

 

31 mars 2016

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de nombreuses formes depuis la fin des années 90. Romans, autofictions expérimentales, livres-jeux, nouvelles, fragments poétiques, pièces de théâtre, essais romancés; fictions radiophoniques, dialogues, chansons; un  court-métrage.

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, plasticiens, designers, vidéastes. Performances, livres, installations, créations sonores; une fiction multimédias sous forme d’appli.

Après avoir animé des revues, une collection dédiée aux écritures hybrides, et participé à moult aventures collectives, elle organise encore de temps à autres des soirées littéraires et tient ci et là quelques ateliers.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2011-2012, elle y a amorcé un cycle de travail autour de la figure de la Sorcière, magie & politique. Recherches, interventions, quelques années de laboratoire. Les Sorcières de la République paraîtra en septembre, Fiction & Cie, au Seuil.

 

 

3 mai 2016

https://web.archive.org/web/20160503173335/http://www.chloedelaume.net/

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de nombreuses formes depuis la fin des années 90. Romans, autofictions expérimentales, livres-jeux, nouvelles, fragments poétiques, pièces de théâtre, essais romancés; fictions radiophoniques, dialogues, chansons; un  court-métrage.

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, plasticiens, designers, vidéastes. Performances, livres, installations, créations sonores; une fiction multimédias sous forme d’appli.

Après avoir animé des revues, une collection dédiée aux écritures hybrides, et participé à moult aventures collectives, elle organise encore de temps à autres des soirées littéraires et tient ci et là quelques ateliers.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2011-2012, elle y a amorcé un cycle de travail autour de la figure de la Sorcière, magie & politique. Recherches, interventions, quelques années de laboratoire. Les Sorcières de la République paraîtra en septembre, Fiction & Cie, au Seuil.

 

 

8 mai 2016

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de multiples formes et le  depuis bientôt deux décennies. Près d’une trentaine de livres, beaucoup de textes courts. Lauréate du Prix Décembre 2001, elle a été pensionnaire à la Villa Médicis 2011-2012. Son dernier roman, Les Sorcières de la République, est paru en 2016 aux Editions du Seuil, dans la collection Fiction & Cie.

Elle collabore régulièrement avec des artistes; plasticiens, vidéastes, designers, musiciens. Performances, pièces sonores, interventions, chansons; objets.

Après moult aventures éditoriales, comité de lecture, revues, collection, elle anime un atelier d’écriture au sein de l’école Les Mots.

Dans le cadre du programme régional des résidences d’écrivains en Île-de-France, Chloé Delaume est accueillie de janvier à novembre 2017 à la librairie Violette and Co pour y développer un projet théâtral intitulé Liberté-Parité-Sororité. Elle y tient un cercle de lectures et de réflexion autour des utopies féministes un mercredi par mois, ainsi que des ateliers d’écriture au Palais de la Femme.

Par ailleurs, elle possède un compte twitter et un chat répondant au nom de Miss Tick, qu’elle exploite sur sa page facebook. —

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE «  »

Ping : « A votée » – En française dans la texte

Les commentaires sont fermés.

 

21 septembre 2016

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de nombreuses formes depuis la fin des années 90. Romans, autofictions expérimentales, livres-jeux, nouvelles, fragments poétiques, pièces de théâtre, essais romancés; fictions radiophoniques, chansons; un  court-métrage.

Elle collabore régulièrement avec des artistes, musiciens, plasticiens, designers, vidéastes. Performances, livres, installations, créations sonores; une fiction numérique sous forme d’application téléchargeable.

Après avoir animé des revues, ouvert une collection dédiée aux écritures hybrides, et participé à moult aventures collectives, elle organise encore de temps à autres des soirées littéraires et tient ci et là quelques ateliers.

Pensionnaire à la Villa Médicis en 2011-2012, elle y a amorcé un cycle de travail autour de la figure de la Sorcière, magie & politique. Recherches, interventions, quelques années de laboratoire. Les sorcières de la République sont sorties 18 août 2016 chez Fiction & Cie, au Seuil.

Elle possède un compte twitter et un chat répondant au nom de Miss Tick, qu’elle exploite sur sa page facebook.

 

22 décembre 2016

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de multiples formes et supports depuis bientôt deux décennies. Près d’une trentaine de livres, beaucoup de textes courts. Lauréate du Prix Décembre 2001, elle a été pensionnaire à la Villa Médicis 2011-2012. Son dernier roman, Les Sorcières de la République, est paru en 2016 aux Editions du Seuil.

Elle collabore régulièrement avec des artistes; vidéastes, designers, musiciens. Performances, pièces sonores, interventions, objets. Il lui arrive d’être parolière.

Artiste associée au Magasin des horizons de Grenoble, elle anime également à Paris des ateliers d’écriture au sein de l’école Les Mots.

Dans le cadre du programme régional des résidences d’écrivains en Île-de-France, Chloé Delaume est accueillie de janvier à novembre 2017 à la librairie Violette and Co pour y développer un projet intitulé Liberté-Parité-Sororité. Elle y tient un cercle de lectures et de réflexion autour des utopies féministes un mercredi par mois, ainsi que des ateliers d’écriture au Palais de la Femme.

Par ailleurs, elle possède un compte twitter et un chat répondant au nom de Miss Tick, qu’elle exploite sur sa page facebook.

 

29 mars 2017

Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sous de multiples formes et supports depuis bientôt deux décennies. Près d’une trentaine de livres, beaucoup de textes courts. Lauréate du Prix Décembre 2001, elle a été pensionnaire à la Villa Médicis 2011-2012. Son dernier roman, Les Sorcières de la République, est paru en 2016 aux Editions du Seuil, dans la collection Fiction & Cie.

Elle collabore régulièrement avec des artistes; plasticiens, vidéastes, designers, musiciens. Performances, pièces sonores, interventions, chansons; objets.

Après moult aventures éditoriales, comité de lecture, revues, collection, elle anime un atelier d’écriture au sein de l’école Les Mots.

Dans le cadre du programme régional des résidences d’écrivains en Île-de-France, Chloé Delaume est accueillie de janvier à novembre 2017 à la librairie Violette and Co pour y développer un projet théâtral intitulé Liberté-Parité-Sororité. Elle y tient un cercle de lectures et de réflexion autour des utopies féministes un mercredi par mois, ainsi que des ateliers d’écriture au Palais de la Femme.

Par ailleurs, elle possède un compte twitter et un chat répondant au nom de Miss Tick, qu’elle exploite sur sa page facebook.